Continuer vers le contenu principal

Témoignage de Ann De Bilde, entrepreneur de pompes funèbres Sereni Lits. Le secteur funéraire se présentait comme un monde presque exclusivement masculin, où les femmes étaient moins visibles.

Connaissances, cultuur, Deuil, Historique, Lieu, Spécial

Pompes funèbres Lits

Témoignage de Ann De Bilde, entrepreneur de pompes funèbres Sereni Lits.

Il y a près de 20 ans, à la recherche d’un nouveau défi, je me suis retrouvée dans le secteur des pompes funèbres. Un changement de carrière pas si évident, malgré le fait que je venais d’un emploi administratif avec de nombreux contacts humains. À cette époque, le secteur funéraire se présentait comme un monde presque exclusivement masculin, où les femmes étaient moins visibles. 

De nombreuses femmes ont travaillé dans l’entreprise familiale à un niveau purement administratif, en coulisses. 

Certaines avaient construit leur propre funérarium en tant qu’entrepreneur… et travaillaient sur le terrain avec… des hommes… comme porteurs ou chauffeurs.

Le secteur funéraire est encore souvent considéré comme un « métier d’homme »

Ann De Bilde, entrepreneur funéraire Sereni Lits.

Depuis lors, nous voyons arriver de plus en plus de femmes dans le secteur et qui assument des tâches cruciales, telles que la gestion des dossiers et l’accueil des familles, le service funéraire, le maître de cérémonie… Une évolution que nous constatons dans de nombreux secteurs.

Pourtant, le secteur funéraire est encore souvent considéré comme un « métier d’homme ». Peut-être parce qu’il est associé à un travail « lourd », au sens littéral du terme. Soulever un corps, le cercueil, les transporter lors d’une cérémonie… cela demande une certaine force humaine et ce n’est pas toujours la tâche la plus facile.

Les entrepreneurs de pompes funèbres sont également toujours associés à un certain « sérieux ». 

Il n’est donc pas surprenant que, dans un monde où les hommes occupent toutes les positions importantes, le “croque-mort” doive aussi être un homme. Heureusement, notre société fait de grands progrès dans ce domaine et les hommes et les femmes sont de plus en plus considérés comme égaux. Aujourd’hui, nous sommes tous collègues, chacun avec ses propres compétences et intérêts et nous travaillons ensemble pour fournir un service de qualité dans les soins aux personnes décédées et à leurs proches.

Je pense que la différence réside davantage dans le domaine de la perception et de l’expérience de la confiance.

Ann De Bilde, entrepreneur funéraire Sereni Lits.

Bien sûr, je vous entends demander :  » Quelle différence crée une femme dans le domaine funéraire ? Dans le passé, tout se passait bien, n’est-ce pas ?” Je ne veux certainement pas tomber dans le cliché selon lequel les femmes sont plus douces, plus attentives, plus attentives à l’humanité profonde. Cela porterait également atteinte aux qualités de mes collègues masculins. 

Nous nous complétons dans la diversité. 

Ann De Bilde, entrepreneur funéraire Sereni Lits.

Personnellement, je pense que la différence réside davantage dans le domaine de la perception et de l’expérience de la confiance. La pratique quotidienne m’a appris qu’une dame de 80 ans qui a perdu son mari après 60 ans de mariage, parle plus facilement avec moi qu’avec mon mari. La famille d’un vétéran/militaire trouve plus facile de parler à mon mari en raison de son passé « viril et militaire ». Bref, nous nous complétons dans la diversité. 

Une palette de couleurs qui était peut-être moins présente dans l’ancien monde funéraire « masculin », où tout était plus axé sur les funérailles en elles-mêmes et où maintenant l’aspect des « soins » est beaucoup plus présent. Femmes et hommes, nous sommes égaux et pourtant différents, chacun avec sa propre approche de la vie, chacun avec sa propre sensibilité et ses propres émotions. 


Sereni vous inspire