Nos Centre Funéraires

Boortmeerbeek

Kapellen

Brasschaat

Sint-Niklaas

Une longue histoire

Gooris – Sereni

Jef Gooris, le père de Bert, était sacristain à Boortmeerbeek. Il était chargé d’aménager les chapelles ardentes et d’installer les tentures funéraires pour les entrepreneurs de pompes funèbres de la région. À l’époque, la mise en bière avait lieu le plus souvent à domicile. Bert côtoyait beaucoup de monde. Fin des années soixante, il décide de lancer sa propre entreprise de pompes funèbres. Il démarre alors son activité dans une finalité sociale. Son credo : proposer des services funéraires à bas prix aux personnes indigentes. Après ces débuts modestes, la société grandit, lentement mais sûrement. En 1996, elle fait l’acquisition du funérarium de Begrafenissen Silvrants à Winksele. Les quatre paroisses de Groot-Kampenhout relèvent désormais du district professionnel de Gooris. Au travers de coopération avec les anciennes pompes funèbres Fons Verrijdt à Everberg et John Goovaerts à Weerde-Zemst et la poursuite de leurs activités, les localités de Meerbeek, Everberg et Weerde reviennent aussi dans le giron de Gooris. Pendant toute son adolescence, Bert Gooris a prêté main-forte à l’entreprise familiale. Il prend la relève de son père en 1998. Depuis ces dix dernières années, il dirige son entreprise avec son épouse Anne-Mie.

Quirijnen – Sereni

Menuisier à Brasschaat-Maria-ter-Heide, Constant Quirijnen entame sa carrière dans les pompes funèbres vers 1926. Son benjamin, Armand Quirijnen, ouvre une succursale dans le centre de Brasschaat en 1967 et inaugure un funérarium avec petit auditorium et salons funéraires en 1981. Maître de cérémonie, il se spécialise dans le protocole et les mariages. Sigrid et Bruno Quirijnen rejoignent l’entreprise familiale en 1987. En 2004, après le départ à la retraite d’Armand, le funérarium fait l’objet de grands travaux d’agrandissement pour accueillir un grand auditorium, une salle de réception et des salons funéraires accessibles 24 heures sur 24. L’entreprise cesse l’organisation de mariages en 2005. En 2010, le magasin, les bureaux et les salons de réception sont entièrement rénovés et agrandis. En 2016, sous l’enseigne Sereni, le funérarium est de nouveau agrandi et enrichi d’un troisième auditorium. Kristof Ceuppens devient entrepreneur de pompes funèbres chez Quirijnen / Sereni. Sigrid reste associée et Bruno se consacre à temps plein à la croissance de Sereni depuis 2016.

Van Dael – Sereni

C’est dans les années quarante du siècle dernier que Louis Van Dael entame sa carrière comme menuisier à Sint-Niklaas avec la fabrication de cercueils. Son fils, Albert Van Dael, le père de Luke et Jenny Van Dael, reprend les rênes de l’entreprise en 1954 pour se consacrer exclusivement aux pompes funèbres. En 1969, la SPRL Begrafenissen Van Dael voit le jour. Albert Van Dael fait d’emblée figure de pionnier en ouvrant, la même année, le premier funérarium de Belgique. En plein centre-ville, dans un cadre élégant. À l’époque, le sujet est délicat ; aujourd’hui, la pratique est entrée dans les moeurs. Le premier déménagement et la première expansion de l’entreprise suivent en 1976. L’entreprise a toujours son siège dans la Knaptandstraat à Sint-Niklaas. En 1991, Luc et Jenny suivent les traces de leurs parents et reprennent la gérance. Eux aussi font figure de pionniers en rejoignant Sereni.

Van Camp – Sereni

Peintre en bâtiment, Corneel Van Camp, le grand-père, entame son activité il y a 70 ans avec l’installation de chapelles ardentes. Ce sont ses tentures noires qui étaient accrochées aux façades après un décès. À cette époque, il n’y avait pas funérariums. Les défunts étaient mis en bière à domicile. À la fin des années 1950 du siècle dernier, Louis Van Camp, le père de l’actuel gérant Benno Van Camp, acquiert le premier corbillard de Hever. Auparavant, les défunts étaient encore transportés en attelage funéraire. Après le corbillard, l’entreprise se met à vendre des cercueils, puis des imprimés funéraires. Elle finit par ouvrir ses propres points de vente à Hever et Malines. Adolescent, Benno Van Camp prête main-forte à son père et son grand-père. Après son service militaire, il fait son entrée dans l’entreprise en 1978. En 1995, le magasin de Malines ferme ses portes. Benno et son épouse Arlette privilégient la qualité à la quantité. Deux ans plus tard, un funérarium voit le jour. Il s’avérera par la suite que c’était une sage décision, qui ouvre la voie à une période de croissance.

Feyaerts – Sereni

Les parents de Viviane et Chris ont racheté l’entreprise de pompes funèbres de Haacht à un ami. William De Cat, un peu plus tard assisté par Viviane Feyaerts et par leurs collaborateurs, gérait l’entreprise de pompes funèbres. Il a entre-temps pris sa retraite. Chris Feyaerts, la sœur cadette, est venue renforcer l’équipe après quelque temps. Deux femmes à la tête d’une entreprise de pompes funèbres, voilà qui est unique dans le secteur. Le duo a opté pour un établissement situé à une même adresse, mais en 2004, un bâtiment totalement neuf pourvu de toute la technique moderne a été construit. L’auditorium a été aménagé de manière intime, avec des couleurs chaudes. Il peut accueillir 80 personnes. Le salon funéraire a lui aussi été aménagé de façon chaleureuse de manière à procurer du confort à la famille dans une période particulièrement difficile. Appelons cela la petite touche féminine.

.

Haast – Sereni

Haast & Zoon est active dans le secteur depuis plus de 50 ans, mais l’entreprise de pompes funèbres proprement dite a déjà plus de 100 ans d’histoire derrière elle. Constant Stanny Haast et Simonne Dieltjens, les parents de Ronny, rachetèrent en effet l’entreprise en 1961 à l’entrepreneur de pompes funèbres Pauwels-Ibens. Le père Constant travaillait auparavant comme employé à la mutualité, mais la famille avait déjà des contacts avec le secteur via le grand-père de Ronny, alors porteur pour Pauwels-Ibens. Après le décès accidentel de l’entrepreneur de pompes funèbres, la famille demanda à racheter l’entreprise. Dès le départ, C. Haast & Zoon fut active dans toute la région. L’entretien de bonnes relations portait ses fruits. Dans les communes où l’entreprise de pompes funèbres n’était pas établie, des intermédiaires mettaient les familles en contact avec Haast après un décès. L’entreprise de pompes funèbres n’investissait pas seulement dans les relations, elle misait aussi sur l’innovation. En 1978, l’entreprise de pompes funèbres fut la première de la région d’Anvers-Nord à ouvrir un funérarium avec salons funéraires. Ronny donnait un coup de main, mais il projetait en réalité de faire carrière dans l’horeca. Ses deux sœurs n’étaient pas non plus certaines de s’engager dans le secteur. Mais Ronny changea d’avis et embarqua dans l’entreprise de pompes funèbres en 1986. Début 1994, Ronny racheta complètement l’entreprise de pompes funèbres avec son épouse Nancy. Six ans plus tard, son père prit sa retraite. Il avait pleinement confiance en les capacités de Ronny – à juste titre.

Comité Consultatif De Sereni