Continuer vers le contenu principal

Que faire en cas de décès à l’étranger

Connaissances, Spécial

La période des vacances a commencé et de très nombreux Belges profitent de vacances bien méritées à l’étranger. Nous préférons ne pas y penser, mais que se passe-t-il si quelqu’un décède pendant ses vacances ? Nous allons énumérer ici quelques points importants.

Les mesures que vous devez prendre dépendent des circonstances. Les situations suivantes sont possibles :

  1. Un décès à l’hôpital
  2. Un décès en dehors de l’hôpital
  3. Une mort non naturelle, par exemple à la suite d’un accident

1. Décès à l’hôpital à l’étranger

Lorsqu’une personne meurt à l’hôpital, un médecin établit immédiatement un certificat de décès. Une déclaration sera faite dans la commune ou la ville où la personne est décédée, puis dans la commune ou la ville où habitait le défunt.

Ensuite, il faut vérifier si le défunt est assuré. Si c’est le cas, appelez le centre d’urgence de la compagnie d’assurance pour savoir si l’assurance voyage rembourse les frais de rapatriement. Le cas échéant, vous pouvez également appeler l’agence de voyages avec laquelle l’assuré était en vacances. Si la personne décédée n’est pas assurée, il est conseillé de contacter un entrepreneur de pompes funèbres local.

Dans tous les cas, vous devez faire appel à votre partenaire funéraire et informer votre compagnie d’assurance. Indiquez à votre assureur vers quel funérarium le défunt peut être transféré. Votre partenaire funéraire s’occupera de toutes les autres formalités.

Ne signez aucun document trop rapidement, attendez d’abord l’avis de l’entreprise chargée du rapatriement : tous les documents requis au moment du décès ne doivent en effet pas être remplis dans les 24 heures.

Conseil : le passeport ou une copie du passeport doit rester avec le défunt, mais emportez vous-même les bijoux et autres objets de valeur.

2. Décès en dehors de l’hôpital à l’étranger

Dans une situation où une personne décède en dehors de l’hôpital, un médecin local doit d’abord se rendre sur place. Ensuite, la procédure se poursuit comme dans le cas d’un décès à l’hôpital.

3. Mort non naturelle ou acte criminel

S’il est question d’une mort non naturelle suite à un accident ou un acte criminel, un médecin et la police doivent être avertis. Généralement, un examen est d’abord effectué, après quoi le corps est libéré et la procédure normale peut être suivie.

En cas de décès à l’étranger, une autopsie est souvent réalisée. Il est judicieux de soumettre ces questions à votre assureur. Il peut vous donner des conseils sur la manière d’agir afin de procéder au rapatriement dans les plus brefs délais.

Inhumation ou crémation

Lorsque les funérailles ont lieu en Belgique, le corps du défunt sera ramené en voiture ou en avion. Vous pouvez rentrer avant lui pour préparer l’enterrement en Belgique, mais pouvez aussi choisir de rester le plus longtemps possible avec le défunt.

Vous pouvez également choisir d’organiser l’enterrement ou la crémation sur place. Après la crémation, il est possible de ramener l’urne (au besoin accompagnée des documents du pays de décès) en Belgique.

Vous pouvez vous adresser à votre partenaire funéraire Sereni pour toute question. Vous perdez un être cher en Belgique ou à l’étranger ? Contactez votre partenaire funéraire local Sereni, qui est joignable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Consultez la liste de nos entreprises de pompes funèbres ou contactez-nous via sereni@sereni.be ou au 0468 33 22 33.